Dieux Celtes [I, Lugh ]

Publié le par Trøll

Ca y est >< Enfin le retour! Je m'excuse encore pour tout ce temps d'absence aux quelques lecteurs qui passseront par ici.
Voici là présentation de Lugh.
Je rappelle que mes recherches sont tirées de deux ouvrages principaux: Les grandes figures des mythologies de Fernand Comte et Le dictionnaire de Mythologie Celtique, de Jean Markale.
Bonne lecture! Comme d'habitude n'hésitez pas si vous trouvez des incohérences,  fautes etc. (:


Lugh ( ou Lug ).



C'est un dieu exceptionnel,qui est « hors fonction » parce qu'il les assume toutes. Il est le Salmidanach [ multiple artisan ] et le plus grand dieu de la mythologie irlandaise.
La tradition en fait le véritable père du héros Cûchulainn. Le nom de Lugh provient d'un mot indo-européen qui signifie « Blanc Lumineux » mais également « corbeau ».Or le corbeau semble lié à Lugh. On a dans Cûchulainn et Lancelot du Lac un des aspects héroïsés de Lugh. Il a un aspect solaire mais n'est pas un dieu du soleil, cette fonction étant féminine chez les Celtes.
[ On note au passage que le corbeau est un animal symbolique et sacré chez les Celtes.. C'est un oiseau qui connaît le passé et l'avenir, et les gaulois prophétisaient d'après la direction prise par les vols de corbeaux. Le héros Brân le Béni porte également le nom du corbeau. ]



Lugh est fils de Delbaeth, qui est un Fomoiré [ ou Fomoré ], et d'Eri. Guerrier, sage, magicien, musicien, maître de toutes les techniques, il est le chef des Thuatha Dé Dannan.
Les Fomoirés, peuple mystérieux qui apparaît constamment dans la tradition irlandaise, n'envahissent pas l'Irlande mais la menace sans cesse. Le roi des Thuatha Dé Danann, Nuada, a perdu un bras au cours d'un combat et cette infirmité le rend inapte à régner. Son peuple, afin de concilier les bonnes grâces de ses occupants, élisent comme roi le fomoiré Bres. Mais ce dernier se révèle être un mauvais roi qui exploite ses sujets.
Après un certain temps, on oblige Bres à restituer le pouvoir et le dieu-médecin Diancecht, « à la longue prise », fabrique pour Nuada la prothèse d'un bras ayant toutes les qualités d'un bras naturel. D'abord apeuré, Bres s'enfuit chez son père, le roi des fomoirés, puis recrute une immense armée et envahit l'Irlande.

Se présente alors un jeune et brillant guerrier, Lugh. Il prétend détenir toutes les capacités et il le prouve: à la harpe, il joue les 3 airs de la musique irlandaise {celui qui fait pleurer, l'air qui endort et celui qui donne la joie}; il remet à sa place la pierre de Fal que ne pouvaient déplacer que 80 boeufs et il gagne un tournoi d'échec contre le roi. Celui ci le proclame sage entre les sages, lui donne le trône pendant 13 jours et le charge d'organiser le combat contre les fomoirés. Lugh distribue les rôles: les druides lieront les eaux au détriment des fomoirés, les sorciers jetteront un sort aux ennemis, les artisans fabriqueront les armes, les champions menneront la lutte, les médecins soigneront les blessés.. Tout est si bien mis en ordre que les fomoirés sont vaincus et Bres fait prisonnier. On lui laisse la vie sauve à la condition qu'il donne les secrets de la propérité.
Lugh participe peu au combat. Trop précieux en raison de ses compétences, il reste au dessus de la mêlée. Parcourant les deux camps, il prononce « La malédiction suprême », provoquant la victoire. Seule une action d'éclat est à son actif: d'un coup de fronde, il perce l'oeil de Balor, au regard paralysant et dont la paupière ne pouvait être soulevée que par un crochet.

Une autre version du même texte montre la rivalité entre Nuada et Lugh. Ce dernier est attaché à un pilier par le roi qui veut garder pour lui la gloire du combat. Mais Lugh brise ses chaînes et remporte la lutte presque à lui seul.
Llud, Roi de l'île de Bretagne.
Lugh a été confondu avec Llud, roi de l'île de Bretagne. Celui ci est bâtisseur et guerrier. 3 fléaux désolent son royaume: des envahisseurs apparaissent et entendent toute conversation à travers l'île, et tous les 1ers mai, 2 dragons terribles se livrent un duel et poussent des cris tels que les êtres vivants, hommes et animaux, sont pris de stupeur et stérilisés. Enfin, un magicien vient voler nuitamment les provisions de bouche que le roi peut entasser.
Lorsqu'il est venu à bout de ces trois fléaux, il se trouve muni de trois avantages: Il détient une drogue magique, suffisamment puissante pour triompher de tout envahisseur plus savant que lui; les 2 dragons morts se révèlent être un talisman contre les ennemis, puis le voleur, dompté, restitue l'énorme quantité de provision volée {Cyfranc Llyd a Llevelis}.
Le culte de Lugh s'est répandu bien au delà de l'Irlande. En sont témoins les villes de Lyon [ Lugdunum= Citadelle de Lug ], Laon, Laudun, Loudun, etc. A Lyon, le dieu a été honoré sur la colline de Fourvière.

 

Commenter cet article

Raphaëlle 12/03/2011 16:23


vos textes, images, et fonds musicaux sont géniaux!
J'espère que vous publierez prochainement d'autre articles ou autre de ce genre!!!
Bonne continuation


Trøll 25/03/2011 21:40



Merci beaucoup !


A bientôt j'espère.