La Sève et le givre

Publié le par Trøll

La Sève et le givre


Léa Silhol





<< Trois fois les Parques ont parlé: Finstern, Roi de la Cour de Dorcha, doit mourir. Seule la belle Angharad peut contrecarrer la mort de Finstern, ou la précipiter. Elle ignore son propre destin, et le prix à payer pour accomplir sa mission… Dans la funeste partie d’échecs qui s’engage entre les Cours d’Ombre et de Lumière, la Reine Blanche devra trouver sa voie. >>

Rédactrice en chef de la revue Requiem, elle a dirigé de nombreuses anthologies, notamment les séries << Emblémithyques>> où elle est éditrice. Romancière et nouvelliste, Léa Silhol inscrit dans le paysage de l’imaginaire français un style très personnel que certains s’accordent à appeler de la « Hard Fantasy ». Conteuse plus qu’écrivain, elle aime à tisser des trames nouvelles sur les anciens canevas des mythes et légendes du monde entier. Son premier roman de fantasy, La Sève et le givre, a reçu le prix merlin en 2003. La suite de ce roman est à paraître.


Léa Silhol pour Elegy



Je me suis permise de recopier ces résumés succincts du livre dont j‘ai fais l‘acquisition..
J’avoue l’avoir fait un peu par hasard, en surfant de pages en pages où nombre de lecteur semblaient conquis par cet ouvrage. Et mon avis est que…La  Sève et givre est merveilleux. J’ai eu un coup de cœur pour ce récit dès les premières pages. C’est d’une sensibilité touchante, c’est simplement beau. On entre dans un univers féérique où l’on côtoie les créatures les plus diverses, où l’on croise la mythologie celte et la féérie écossaise. Voyage glacial en compagnie d’Angharad, on dévore l’histoire tout simplement. Le seul bémol est que mon pessimisme récurrent me fait profondément douter quant à la suite qui doit paraître. Mais ne parlons point trop vite et réjouissons-nous des fils enchanteurs de Léa Silhol…



Dites au père Ryan de ne pas faire de prières
Pour mon retour, car je suis à ce jour,
Retranchée des bénédictions et au-delà des anathèmes.
Il n’est pas de ciel là où nous chevaucherons.

A une allure impensée en vos écuries,
Avec les dieux de jadis et les fils de Finn,
Avec les souveraines des anciennes fables,
Et les rois vainqueurs de ce que gagnent les épées;
Vous pouvez entendre notre cavalcade
[au-dessus de vos toits,
Par des nuits aussi calmes que le tournoiement
[des planètes
Mais ne prenez la peine de quitter votre table
Pour appeler mon nom. Je n’entrerai pas

Car je vous ai quittés pour le Peuple des Fées.

Lord Dunsany


 Recommandé +++ !
 9/10


Le site de la Tisseuse

Un joli site de fans

 

Publié dans Bouquins

Commenter cet article

Battroll 12/11/2009 18:28


Alors voilà, cette gente dame sembleme prendre pour un neuneu ! Eh bien non déjà je ne suis pas un peigne cul !
Si je fais tout ça, c'est parce que je me souviens de l'adresse de tête et n'aie point besoin d'un assistanat avec des adresses URL planquée dans le pseudo non madame !
Et je ne m'énèrve pas, je suis au delà de l'agacement, je suis....un meuble oui c'est bien ça !
Alors quel rapport me direz-vous avec le livre ?
Eh bien c'est que la sève je l'ai perdue, et le givre est dans mon esprit !
Na !
Alors ensuite le livre, eh bien l'article conformément à ce que vous m'avez montré hier est encore uen fois fort alléchant et je m'empresserai de vous piquer le livre dans votre médiathèque :D
et aussi de jolies photos aussi ! allez, disons le encore : bravo !
Et nonobe sextatus in patrili quoque !
ça ne veut rien dire mais il y a Nonobe et Patrili donc ça donne le ton !