Les Orcs et Gollum chez Tolkien

Publié le par Trøll



Bonjour à tous, je vous propose aujourd’hui une petite étude sur Tolkien que j’ai lue dans un chouette recueil (inutile de préciser mon envoûtement pour l‘univers de l‘auteur !! ). J’ai emprunté cet ouvrage complètement au hasard, et j’avoue n’avoir pas eu le temps de lire toutes les études à propos de l'hybridation mais je vous suggère ici un condensé de la recherche de Nathalie DUFAYET, intitulée «  Représentation(s) et portée(s) de l’hybridation chez Tolkien : Les Orcs et Gollum. » Les petites notes entre crochet sont de moi-même.




[ Souce : Détours et hybridations
Dans les œuvres fantastiques et de science-fiction.

Collection « regards sur le fantastique »
Ce volume collectif est le résultat des travaux accomplis par les membres du Centre d’Etudes et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire (CERLI) en 2002 & 2003, en coopération avec l’Université de Paris XII. Il aborde la question des détours et de l’hybridation dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, autrement dit la question des territoires et des frontières génériques […]. ]




«  L’univers de Tolkien est majoritairement composé de personnages dont la caractérisation, merveilleuse et surnaturelle, doit fortement agir sur la sensibilité du lecteur. Il en est ainsi des Ents, gardiens ancestraux des arbres, d’Ondine, fille de la rivière et compagne de Tom Bombadil et des Elfes. Tolkien a façonné ces derniers selon un modèle chevaleresque et un véritable idéal esthétique personnel [ Cf que ce peux nous apporter la lecture du Silmarillion ]. Dans le Silmarillion, toute création hors du pouvoir et de la pensée d’Eru (ou Illúvatar) est théoriquement (et théologiquement) exclue. Eru est alors l’unique inventeur de toutes les formes existantes et le seul gérant de leur activité substantielle. Et ce depuis la création des premiers individus jusqu’à l’évolution historique des générations successives, du Premier au Quatrième Âges et, enfin jusqu’à leur Jugement Dernier, placé à la Fin des temps. Deuxièmement, toute créature présentant un quelconque écart devient, significativement, «contre nature » et par conséquent, maléfique. C’est pourquoi toute figure représentant une hybridité quelconque est marginalisée au sein de ce monde placé sous l’égide du Dieu Unique. C’est du moins ce qui semble s’illustrer et se répéter dans le roman de Tolkien, narrativement & poétiquement et idéologiquement.


I) Les êtres hybrides, en marge du « Monde Secondaire » [ expression employée par Tolkien à propos de son œuvre qui entretient un rapport révérencieux au « monde primaire » ]

Les Orcs et Gollum sont marginaux car ils échappent au mode de représentation féérique & merveilleux, majoritaire dans l’œuvre. La fonction première des personnages est de véhiculer telle ou telle valeur afin de renforcer le code idéologique régissant ce « monde possible ».  Ainsi Aragorn, futur roi d’Arda représente la paix et la justice, Gandalf la sagesse et Frodo & Sam le courage et l’abnégation, etc. C’est le phénomène inverse qui a lieu pour les Orcs et Gollum. Ce sont la déchéance, la corruption et le mal qui fondent le caractère construit de leur expérience.

a) Histoire des Orcs
Dans le Silmarillion, nous lisons : «  Pourtant, on dit en Eressëa que tous ceux des Quendi qui tombèrent entre les mains de Melkor avant le démantèlement d’Utumno furent jetés en prison, qu’ils y furent corrompus et réduits en esclavage après de longues et savantes tortures, et c’est ainsi que Melkor créa la race hideuse des Orcs, dans sa haine jalouse des Elfes, dont-ils furent ensuite les ennemis les plus féroces. » P 67, traduction de Pierre Alien pour l’édition française Folio, Paris 2001.
A noter que le traducteur opte pour le verbe « créa » au lieu de conserver le sens fondamental de l’infinitif « breed », qui dénote l’idée d’un véritable élevage.
Ces créatures sont le croisement de deux parents. L’auteur construit son schéma narratif avec le premier sens du terme « hybride » qui vient du latin « hibrida », c’est-à-dire « de sang mêlé ». L’hybridation est le symbole du mal et un indice d’impureté en Terre du Milieu.
Tolkien construit une progression dynamique à partir du symbole maléfique que figure l’hybridation, au sens d’une action d’hybridation condamnable. Nous avons l’image d’une souillure infligée dans les temps premiers du monde. Cela incite à une réflexion sur la morale, la faute, la malédiction, la culpabilité (cf aussi le contexte apocalyptique d’après guerre dans lequel Tolkien vivait).



b) Histoire de Gollum
L’aspect monstrueux de Gollum est différent de ce que nous avons vu précédemment, étranger à la corruption extérieure et la dépendance de sa volonté. C’est uniquement par libre-arbitre que cet individu a lui-même causé cette métamorphose dégradante. Sméagol a succombé d’amour pour le monde interdit des profondeurs. Il est exclu par sa communauté. Lorsqu’il est renommé, cela est le signe d’une mort symbolique irréversible. Le choix de « Gollum » est dû à des gargouillis incessants et inquiétants. […] Son corps, d’une forme hobbite, s’est hybridé avec une forme batracienne ou arachnide. Son esprit est rongé par l’influence maligne de l’Anneau, et on remarque le dédoublement prononcé de sa personnalité. On assiste à une véritable déshumanisation de sa réalité extérieure et intérieure.





II) Sens et fonction de ce phénomène dans l’éthique et la poétique tolkiniennes.

Le phénomène d’hybridation qui détermine l’existence de ces créatures est motivé par un temps de la transgression, précédant celui de la perte identitaire irrévocable et même celui du châtiment divin.
La langue du Mordor, celle des Orcs, doit mimer en priorité la dureté implacable qu’évoque cette région et la ténébreuse puissance qui l’habite, Sauron, vassal de Melkor.


« Ash nazg durbatulûk
 Ash nazg gimbatul
 Ash nazg Thrakatulûk agh bruzum-Ishi Krimpatul
 »

[«  One ring to rule them all,
One Ring to find them,
One ring to bring them all and in the darkness bind them in the Land of Mordor where shadows lies » ]

La phonétique est strictement inverse à la langue elfique. Le mode d’articulation est une preuve irréfutable car naturelle de la parenté et de l’éloignement entre les Elfes et les Orcs.
L’auteur nous offre une variété de réseaux sémantiques liés à l’idée de mélange qui contribue à approfondir la structure et la consistance du spectacle fictionnel.
Les Orcs et Gollum et la rupture qu’ils occasionnent au sein de la représentation merveilleuse du mode Tolkinien engage en réalité un discours distancié de l’écriture sur elle-même. […] »






Publié dans Bouquins

Commenter cet article

Tiki 13/04/2010 19:04


Je suis parfaitement d'accord avec ManThanoMénos, le terme hybride est mal approprié au sujet. Hybride sous entend que la race est changée mais " à moitié"(puisque le mot renvoie au croisement).
C'est un terme éventuellement valable pour les Ourouk-hai, mais très difficilement pour les Orcs, qui sont bien plus des elfes déchus que des créatures "hybrides". Elles n'ont d'ailleurs plus rien
d'elfique, d'où le problème de l'utilisation du terme.
Pour Gollum,qui est un Hobbit marri et pas le résultat d'un croisement, même chose.
Alors métaphysique peut-être, mais je ne crois pas que ce genre de métaphysique était ce que cherchait Tolkien... s'il s'agit de l'hybride Bien/Mal, c'est un terme trop technique, car elle signifie
que ces créatures se situent dans un "entre deux".
Or Gollum, malgré sa malveillance, est bien moins maléfique qu'un Orc, donc l'hybride Bon/méchant n'est pas une catégorie à part entière. Il est bien plus cohérent de dire que les créatures
victimes du marrissement démoniaque finissent du mauvais côté.

Autre chose complètement différente: l'auteur de l'essai semble prendre la phonétique du Parler Noir pour étayer son argument de "l'éloignement entre les Elfes et les Orcs", mais le Parler Noir est
une invention, une langue créée de toutes pièces par Sauron, utilisée comme une langue de l'administration du Mordor (comme il y a un haut elfique, ceci serait le Haut Orquien). Mais presque seuls,
les Nazgul et Sauron la parlent. Les Orcs parlent couramment une version archaïque et déformée du Ouistrain/Westron, la langue des Hommes.

Je viens de rejoindre la communauté Fantasy/SF, je suis content de tomber sur un site comme le tien qui s'intéresse à Tolkien. Le mien est uniquement consacré à son monde. J'espère qu'on se reverra
=)


Mino 23/12/2009 11:35


Salut et merci d'avoir rejoint la communauté.
A bientôt,
Dom


ManThanoMénos 13/12/2009 13:18


Article intéressant. Par contre, je ne comprends l'utilisation par l'essayiste du terme d'"hybridation", surtout quand il est énoncé que "L’auteur construit son schéma narratif avec le premier sens
du terme « hybride » qui vient du latin « hibrida », c’est-à-dire « de sang mêlé »." Hors ni les orques, ni même les trolls ou encore Gollum ne sont des sangs-mêlés à proprement parler. Et pour eux
le terme de Corruption, de Déchéance (ou de Marissement si on veut utiliser un terme tolkienien) est plus convenable. Morgoth corrompt les elfes pour en faire des orques, la langue elfique voire
valarine pour le Parler Noir, etc...
À moins que l'essayiste n'utilise le terme d'"hybridation" dans un sens non pas physique, mais métaphysique?


Trøll 15/12/2009 21:11


Mais l'hybridation chez Tolkien ne vient-elle pas de la dégradation physique et morale..?
C'est vrai que l'utilisation du terme hybride reste mystérieuse. Peut-être faut-il lire cela dans un sens métaphysique.


Battroll 04/12/2009 20:52


Coucou ! Tu veux...non bon d'accord, un article aussi sérieux ne mérite pas un commentaire aussi pourri !
Alors c'est très intéressant tout ça, mais tu m'avais dit que ton article était très long, finalement je le trouve...un peu court jeune fille !
Finalement ça a ce côté "oui mais je veux en savoir encore pluuuuuuuuuuus" alors tu me répondras : "j'ai un compte à la BU !" T'auras raison d'ailleurs, enfin tout ça pour dire que c'était encore
un très chouette article ;)
Bisous !


Dany85 29/11/2009 06:54


Bonjour et bienvenu dans ma communauté des "contes...." je viens découvrir ton univers, que je ne connais absolument pas, a part le seigneur des anneaux. je continu la visite, bon dimanche


Trøll 29/11/2009 10:17


Merci beaucoup :)
Bonne visite & à bientôt :)